Logo des technologies optiques de précision
Réseaux optiques, Redéfini.
13 août 2020

Vers le long terme : interconnexion 400G et centres de données

Entre autres facteurs, l'explosion du cloud computing et l'évolution vers l'Internet des objets (IoT) et la 5G ont créé une énorme pression sur les centres de données pour augmenter à la fois la capacité du réseau et la capacité de répondre à l'imprévisibilité des modèles de trafic.  

Ce phénomène pousse actuellement l'industrie à produire de nouvelles solutions pour DCI, ou interconnexion de centres de données, et a déjà produit un certain nombre de tendances prometteuses. Celles-ci couvrent toute la gamme DCI, des connexions à courte portée dans et autour des centres de données au métro et aux longues distances. Une grande partie de l'accent est mis actuellement sur l'adoption à court terme de schémas de débit de 400 gigabits par seconde (400G), tandis que d'autres débits de données et technologies continuent de jouer un rôle de soutien dans un paysage en évolution.  

Dans l'espace à courte portée, par exemple, la technologie de la modulation d'amplitude d'impulsion (PAM) s'est hissée au premier plan. PAM est une alternative efficace et rentable aux approches basées sur l'architecture traditionnellement utilisées pour renforcer les capacités. Un exemple est PAM4, grâce auquel les émetteurs-récepteurs optiques peuvent utiliser un laser au lieu de quatre - et réaliser un débit de 100 gigabits par seconde sur une seule fibre. La technologie peut être appliquée aux architectures existantes, permettant de doubler le débit binaire. Lorsque l'amplification et la compensation de dispersion sont incorporées dans le système, PAM4 peut également être utilisé pour des distances plus longues.  

L'espace long-courrier a également vu des solutions de mise en réseau à haut débit déployées de manière proactive comme un moyen de "se préparer pour l'avenir". Bien que des débits binaires plus élevés signifient généralement des portées plus courtes, la connectivité globale est toujours augmentée par le déploiement à grande vitesse. Par exemple, un DCI compatible 200G peut n'atteindre la pleine vitesse qu'à proximité du métro, mais peut également fonctionner à 100G pour les applications longue distance nécessitant une portée optique accrue. Il en va de même pour les déploiements 400G, où la prise en charge des constructions de réseaux DCI longue distance 200G est une raison fréquente de l'adoption précoce du 400G.  

La programmabilité est une autre capacité émergente observée dans l'ensemble de l'écosystème des centres de données. Les interfaces qui peuvent être ajustées pour optimiser la capacité en réponse à la demande de bande passante en temps réel augmentent la capacité des opérateurs à réagir à l'imprévisibilité. Intégrer ce type de flexibilité est également un autre moyen pour les opérateurs de « pérenniser » leurs réseaux. 

Bien que le déploiement du 400G en soit encore à ses débuts, la motivation de l'industrie pour le faire avancer est forte. En plus d'augmenter la capacité de transport du trafic et de réduire les coûts d'exploitation, le 400G offre une empreinte et une consommation d'énergie réduites par rapport aux anciens schémas de débit de données. C'est une technologie développée en réponse à une énorme pression, qui offre en retour d'énormes promesses.